Skip to the content

Marchés Financiers

Situation malsaine : de plus en plus d’entreprises déficitaires !

Chez Econopolis, nous avons mené une analyse approfondie et sommes arrivés à la conclusion que pas moins de deux tiers des secteurs n'avaient plus aucune valeur parmi les actions européennes. Nous entendons par là que l'évolution structurelle des bénéfices a été négative sur une période de quinze ans. Cela met en perspective la récente euphorie du ‘buy Europe’, que l’on retrouve dans diverses perspectives publiées en début d'année.

Faire une croix sur les obligations ? Pas si vite...

Les emprunts d’État des principaux pays industrialisés sont sur un marché haussier séculaire depuis plus de 30 ans. Depuis les années 1980, les taux d'intérêt à long terme sur les emprunts des États les plus solvables sont sur la spirale descendante. Cette situation a fait flamber la valeur de cette réserve d’obligations mondiales. La valeur d’une obligation est en effet inversement corrélée aux taux d'intérêt : de manière générale, plus les taux baissent, plus la valeur d’une obligation augmente.

[VIDEO] Gregory Christians sur les actions biotech

Grégory Christians, Chief Investment Officer au sein d'Econopolis, vous raconte comment le secteur des biotechnologies a performé en 2019 et quels sont les critères Econopolis appliquent pour sélectionner des actions dans ce secteur.

Actions des marchés émergents : retour du marché haussier

À l'analyse des marchés, force est de constater que les actions des marchés émergents, l'un de nos principaux credo pour les années à venir, ont le vent en poupe. La performance de l'indice MSCI Emerging Markets, l'un des plus vastes indices d'actions de la région, trahit le retour du marché haussier (bull market).

[InvestmentOfficer] Les 10 prochaines années seront meilleures pour les pays émergents

Depuis Singapour, Gino Delaere (photo) surveille les marchés émergents pour Econopolis. Si les dix dernières années n'ont pas été particulièrement brillantes pour cette classe d'actifs, Delaere voit la lumière au bout du tunnel. 

Un fonds de pension scandinave met en garde contre les taux négatifs

Un des plus grands fonds de pension scandinaves met en garde contre les effets néfastes des taux négatifs. C’est ce qu’on pouvait récemment lire sur Bloomberg. Le directeur d'investissement du fonds finlandais Ilmarinen Mutual Insurance estime que le secteur des fonds de pension « commence seulement à se rendre compte des défis que vont amener les taux d’intérêt négatifs. » Des gestionnaires de fonds de pension danois aussi, notamment PFA, indiquent que les marchés vont encore être confrontés longtemps à ces effets.

L'illusion du dindon (de la Bourse)

Pour cette fête de Thanksgiving, nous avons trouvé intéressant d'écrire un article sur... les dindons ! Vous vous demandez certainement le rapport que peuvent avoir ces volatiles avec la Bourse et l'économie.

Huit raisons pour lesquelles Econopolis n’investit pas dans les grandes banques internationales

À l’exception de quelques valeurs dans des compartiments spécifiques, Econopolis n’investit pas dans les actions des grandes institutions bancaires internationales. Nous avançons huit arguments pour justifier ce choix

Or : « relique barbare » ou valeur ajoutée au sein du portefeuille ?

Paradoxalement, le principal atout de l’or réside dans le fait qu’il ne rapporte pas de revenus récurrents à l’investisseur. En effet, les actions et les obligations, ou les comptes d'épargne si on veut, rapportent des intérêts ou des dividendes vu le risque de contrepartie. L’or fait surtout valoir ses atouts en cas de bouleversements sur les marchés financiers.

Investissement passif et gigantisme dans le secteur technologique : cocktail explosif ?

La combinaison du gigantisme dominant dans secteur technologique et des achats aveugles de produits d’investissement passifs pourrait devenir dangereuse si tout le monde voulait débarquer en même temps.